Retour à Projets

CARIBSAN

CARIBSAN

Financement :

Interreg Caraïbes 66 %

AFD – 20 %

OdE Martinique  – 8%

Ode Guadeloupe – 3 %

Durée du projet : 2021 – 2022

Agents impliqués au sein de l’unité : Pascal Molle, Nicolas Forquet, Zoé Legeai, Chloé Rosse

Infos : http://www.caribsan.eu – facebook.com/CARIBSAN

Contexte

La majorité de la population caribéenne vit dans les zones côtières, aux abords d’écosystèmes sensibles, où les infrastructures d’assainissement sont souvent insuffisantes. En 2020, dans la Caraïbe, des millions de personnes n’ont pas accès aux services d’assainissement, et des rejets sanitaires ne sont soumis à aucun traitement. La zone est par ailleurs soumise à de fortes contraintes naturelles. Les tempêtes tropicales sont fréquentes et les installations ne sont pas toujours résilientes à ces phénomènes, entrainant des rejets massifs d’eau non traitée dans le milieu naturel.

Les faibles niveaux de revenus de certaines populations rendent parfois les équipements réglementaires inaccessibles financièrement. Les traitements et équipements conventionnels utilisés dans la zone ne sont pas toujours aptes à répondre à ces problématiques, au moment où l’intensification des évènements extrêmes est déjà observée sous l’effet du changement climatique. Tous ces facteurs constituent une source importante de pollution et un risque pour la santé, la préservation des écosystèmes ainsi que les ressources marines et terrestres.

 

Le projet CARIBSAN a pour objectif de promouvoir le traitement des eaux  usées par les Filtres Plantés de Végétaux (FPV) à travers la Caraïbe. Dans les Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique), les FPV ont démontré leur efficacité depuis déjà plusieurs années. Cette solution fondée sur la nature a l’avantage d’être plus simple et moins coûteuse à installer et à gérer que d’autres systèmes épuratoires. De plus, cette solution a l’avantage d’être plus résiliente aux aléas naturels des régions tropicales (cyclones notamment). Le projet CARIBSAN se concentre, sur ce premier volet, aux territoires de CUBA, Sainte Lucie et la Dominique.

Objectifs

  • Le projet vise à promouvoir le développement de cette technologie à l’échelle caribéenne sur de nouveaux territoires pilotes (Dominique, Sainte-Lucie et Cuba) en s’appuyant notamment sur l’expérience martiniquaise.

Organisation

Objectif 1 : Déploiement de la technologie de Filtres Plantés de Végétaux.

  • L’identification des sites d’implantation et études amont à travers le développement d’une analyse multi-critères réplicables sur différents territoires.
  • L’identification d’espèces végétales locales adaptées à la filière.
  • Le pré-dimensionnement d’unité de démonstration pour une réalisation dans une phase 2 du projet (post 2022).

 

Objectif 2 : Formation et transfert des connaissances.

  • Identification des acteurs de la filière de l’assainissement, analyse de leurs besoins en formation sur les FPV, lister les formations existantes en lien avec cette thématique.
  • Réalisation d’un plan de formation prioritaire
  • Organisation de sessions de formations, à destination du personnel technique.

 

Objectif 3 :  Capitalisation et dissémination des résultats.

Retombées attendues

  • Réalisation de démonstrateurs dans de nouveaux territoires et contextes
  • Développement d’une méthodologie d’aide à la décision pour le choix des filières de FPV à mettre en place dans un contexte particulier en vue de l’intégration dans un outil plus global sur l’aide à la décision pour déterminer les scénarios de gestion des eaux urbaines.